Mais ça me brise les ovaires à la fin!

En ce moment, tu l’auras remarqué, çà parle beaucoup de la « culture du viol » sur la toile.

J’ai rien contre le fait qu’on en parle, au contraire. Mais malgré cela, je suis outrée.

Je t’explique: je vais pas te faire un dessin, mais je suis une fille à problèmes. Y’a une merde quelque part, elle est pour moi. Je suis pas la pour m’épancher ou raconter en long en large et en travers ce que j’ai pu vivre (ou pas), et limite c’est pas le propos. De façon générale, çà me touche parce que je suis un « être humain » ,que je suis pleine de « compassion » et d' »empathie », et que je trouve hallucinantes les proportions que peuvent prendre certaines situations innocentes au départ.

 

Je ne suis pas féministe, loin de la. Je me sens bien quand je fais la femme au foyer. Et c’est MON choix, je l’impose à personne. Mais moi j’aime bien. Je clame haut et fort que dans mon travail, quand je dois porter/soulever/déplacer des charges de plus de 50 kilos (soit 5 kilos de moins que moi…), c’est pas le fait que je sois une femme qui doit pousser les autres à m’aider mais bien ma complexion, mon physique de crevette sexy, le fait que je suis légère donc que la charge est trop lourde pour moi. Que si, de façon générale, on ne peut pas demander à une femme de porter tant et tant, c’est pas parce qu’elle est femme, mais parce qu’elle n’a pas le physique qui lui permet d’avoir la force nécessaire. Et que parfois, c’est indépendant du sexe. Genre mon Chevelu il a pas une force de Mammouth, et une de mes amies est maçon et pourtant fine… Donc çà dépend de plein de critères.

Pour moi il ne peut pas y avoir d’égalité homme/femme, parce qu’on n’est pas faits pareils, qu’on n’a pas les mêmes méthodes de fonctionnement… mais c’est « général », puisque certains hommes ont un cerveau féminin et inversement…

Par contre, la, tout de suite, je suis en colère.

 

Non, mesdemoiselles, mesdames, il n’est pas normal de dire « t’avais qu’à pas tant boire. »..

« T’as vu comment tu t’habilles aussi? »

« Mais avoue, tu l’as provoqué avant, non? »

« T’as aimé quand même? »

« Nan mais c’est pas si grave que çà… »

« Tu portes plainte? Mais tu vas ruiner sa vie! »

Putain!

Mais quand on viole un enfant, on lui demande pas s’il a provoqué l’adulte, si? Ah, si, pardon, maintenant, on demande aussi. Bien sur, un enfant c’est provoquant! (je ne parle pas de la séduction naturelle que vont exercer certaines petites filles ou même certains petits garçons, en mode « s’il te plaît mon petit papa chéri que j’aime » pour avoir quelque chose. Déjà, c’est moitié conscient moitié inconscient, ensuite, vouloir se faire offrir une poupée, çà veut pas dire vas y j’ai six ans mais tu peux te défouler au fond de mes reins…)

Moi, je persiste et je signe: je devrais pouvoir m’habiller en mini ras la salle de jeu et décolleté plongeant sans rien m’attirer d’autres que les regards de mon Chevelu.

Je devrais pouvoir rentrer seule,tard le soir, sans avoir peur, sans prendre mon téléphone pour mimer une conversation fictive.

Je ne devrais pas avoir à mettre un système au point avec mes amis (mon « code », c’est Allons à Messine Avec Deux Haches ». Il es enregistré dans mon téléphone, j’ai deux boutons à cliquer pour l’envoyer à tous mes contacts au courant. Et ils savent ce que çà veut dire…)

Je devrais pouvoir boire comme un trou, m’endormir sur un canapé inconnu en mode viande saoule sans qu’on me touche.

Je devrais pouvoir traverser une rue bondée sans me faire tripoter parce qu’on passe tous « les uns contre les autres ».

Je devrais pouvoir aller en boîte sans me prendre des mains au cul.

Je devrais, oui…Ne pas me sentir « too much » quand je claque des talons.

 

On parle de la même chose, la même énormité, le même problème, cette « culture du viol », mélangée au harcèlement de rue. Quoi? J’exagère? Mais oui, je suis une connasse hystérique. Bien sûr que j’aime qu’on me déshabille du regard quand je suis dans la rue, bien sûr que j’adore qu’on me traite de pute quand je ne réponds pas à des avances. Et bien sûr que je vais partir en marchant plus vite, tête basse, parce que c’est moi qui suis en faute, c’est MOI qui provoque, tu comprends…

« Nan mais avec ton look aussi, il faut t’attendre à des réactions… »

Des réactions? Parce que me dire que t’as un truc gorgé de sang que je pourrais sucer toute la nuit, c’est normal? Me demander si je suce, comme çà, juste parce que je croise ton chemin?  Entendre des « mmmh, tatouages, piercings, ah ce look, c’est les plus chaudes celles la! », c’est normal?

 

Non, c’est trop facile sinon, désolée.rape-culture

Trop facile de dire que « la chair est faible ». Trop facile de dire que « mais les hommes sont pas faits de bois ». Qu’ils « ne savent pas résister à la tentation ». Non, c’est pas normal.

C’est pas normal d’éduquer une petite fille en lui expliquant que son frère peut rentrer plus tard qu’elle, juste parce que c’est une fille.

Pourquoi on ne dit pas plutot aux garçons qu’il ne faut pas violer? Que non, c’est non? Que les pornos hardcores (je fais pas le raccourci porno= engendre des violeurs, hein! Je dis juste que certains pornos mettent en scène des viols, même si c’est joué…)c’est pas la vraie vie? Que si tu sais pas dire non à ton fils quand il a quatre ans et qu’il fait sa crise, comment tu veux qu’il comprenne qu’une fille qui dit non c’est un vrai non? C’est pas normal non plus, çà…

Pas normal qu’une vendeuse dans un magasin de lingerie me dise « ah, c’est votre copain qui va être content! » quand je m’achète un truc. Putain, c’est pour MOI que je l’achète! Que MOI çà me fasse plaisir, c’est plus important non?

Je n’ai pas de solution miracle. Je ne peux pas changer le monde au delà de la portée de mon bras. Mais je peux vous dire que moi, je ne baisse plus la tête. Que j’ai arrêté de ne plus rentrer tard le soir, si j’ai envie je traverse la ville. Et je sais que des fois c’est pas possible. (comme avec le fameux: « mais tu pouvais pas te défendre? Moi je me serais pas laissée faire! »…bien sûr, et j’ai demandé à ce que çà arrive aussi!)… Parce que j’ai plus peur de rien. Parce que ce qui doit arriver arrivera, mais que j’en emporterai un maximum avec moi si on me crève.

Alors voila. Ça me brise les ovaires. J’en ai marre. Messieurs, si vous êtes si faibles que çà que vous n’êtes pas capables de vous contenir, faites moi plaisir, partez. Loin. Courez, vite. Question de survie.

Parce que même si je « devrais pas », même si c’est « dangereux » ou « pas normal », c’est pas pour rien que j’ai mon Laguiole ouvert dans ma manche en permanence. Dommage que j’aie perdu mon Harpie, il faisait plus de dégâts.

Donc  non, c’est pas normal. Mais j’en ai marre de devoir me conformer à vous. Donc, éloignez vous de moi, ne m’approchez pas, surtout ne me touchez pas. J’ai un schlass, et je sais m’en servir.

Publicités

14 responses to “Mais ça me brise les ovaires à la fin!

  • Ashe

    +1000 comme d’hab… (ça va être un peu décousu lol)

    C’est tellement plus facile de dire à une gonzesse que c’est de sa faute plutôt que d’essayer d’éduquer les jeunes garçons à ne pas prendre les femmes/filles pour des bouts de viande.
    Mais bon, attends, tu comprends « ce ne sont que des hommes »… Bah ouais donc nous à coté on doit tout gérer pour eux en gros quoi. Attends tu te fais insulter dans la rue, c’est normal t’es une gothique, tu l’as cherché, tu t’es habillée exprès pour attirer les regards non, viens pas te plaindre après si on te mate et on t’adresse la parole (enfin, la parole…).
    Je crois qu’il n’y a pas une seule d’entre nous à qui ça n’est pas arrivé ce genre de situation, avec en prime la sensation que de toute manière, autour, personne ne bougera même le petit doigt pour venir t’aider si ça tourne mal.
    Après on part dans d’autres problèmes aussi (oui je sais ça déborde du sujet), ça donne des générations de dingues, certaines nénettes élevées par on ne sait qui (ben ouais, y a quand même une part d’acquis) qui se pavanent en mode pouffe et qui aguichent dans tous les sens, environnées de connards de 20 ans qui s’imaginent être les maitres de la meute, ben ouais, tu sais ceux qui ont le droit de cuissage sur tout ce qui bouge. Putain mais comment on en est arrivés là ?
    Bon j’arrête lol.

    • hazellbh

      non, non, n’arrête pas, tu as raison! J’ai beau prôner le « je devrais pouvoir me foutre à poil dans la rue çà devrait pas poser problème », je suis d’accord que les filles de nos jours s’habillent « n’importe comment »…pas dans le sens « haha après çà va se plaindre si çà se fait violer », mais dans le sens « enfin, tu es une ENFANT, pourquoi donc mettre un string et des talons, avec un push up rembourré? Hein? ça t’apporte quoi? reste donc une petite fille va… »

  • OSEF

    Je vais probablement me faire lyncher, mais je suis un mec (bien éduqué, au demeurant) et je suis un peu plus nuancé que ça sur le sujet… Je pense que le problème est bien plus complexe que de partir du principe qu’il y a un culte du viol.

    Perso j’ai une vie sexuelle proche du zéro, non pas que je sois moche ou que je l’ai choisi, mais parce que les filles ont le réflexe de toujours me dire non. Je peux comprendre un non, et je m’arrête là parce que je ne suis pas un violeur en puissance. Mais tout le monde n’est pas comme moi. Il faut savoir que la frustration, c’est un truc qui s’accumule… Certains en viennent à vous mettre des mains au cul, à vous siffler dans la rue, ou à vous traiter de salope, parce que la frustration s’accumule. On en vient pas aux bassesses par plaisir, tout au plus on y vient quand on est faible d’esprit (pour rester poli).

    Le sexe, c’est un besoin. Je ne l’invente pas, il est listé parmi les besoins physiologiques (donc primordiaux) dans la pyramide de Maslow. Je ne cherche pas à blâmer les filles de toujours dire non, elles en ont parfaitement le droit. Par contre, je blâme le fait que dans nos sociétés industrialisées, on complexifie tellement le rapport entre les sexes qu’on finit par ne plus accepter de fréquenter des gens qui auraient très bien pu nous plaire (sexuellement évidemment, mais pas seulement).

    Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi un mec qui se fait proposer un plan cul dira pratiquement toujours oui, alors qu’une fille dira pratiquement toujours non? Moi oui… Pour le vivre assez souvent, je n’ai même plus le luxe de refuser une fille qui accepte. Arrive un moment (et on y est depuis des décennies déjà), y’a un sérieux problème d’équilibre de la balance. Je ne sais même plus comment aborder une fille, je sais d’office qu’on me jugera et que le moindre défaut que je manifeste m’enverra dans les roses…

    Ca pousse forcément des hommes faibles vers les extrêmes, et les abus se multiplient. Quand je vois tout ce que tu fais pour « assurer ta sécurité », ça ne fait qu’illustrer mon propos: en te surprotégeant tu fermes la porte à beaucoup de choses. Non seulement tu te prends toute seule en otage (sans déconner, c’est pas une vie!), mais en plus si tout le monde fait comme toi la majorité des hommes vont se sentir blessés d’être complètement zappés (ergo frustration qui s’accumule, ergo dérapages en masse).

    Dans ces situations, ce sont toujours les meilleurs bluffeurs qui s’en sortent (et ces gens-là sont les pires)… Ca exclut d’office certaines catégories de garçons (timides, par exemple), ces mêmes garçons qui plus tard seront peut-être devenus des violeurs en série par dépit. Je demande pas aux filles d’accepter n’importe qui, juste de considérer qu’à défaut de dire oui à tout, c’est peut-être pas utile de prendre tous les mecs pour des violeurs en puissance. Y’a des mecs bien dans le lot qui n’ont rien fait pour mériter d’être traité comme ça!

    Je pourrais aussi prendre d’autres exemples que la France pour illustrer. Je sais qu’en Amérique le rapport à la séduction n’est pas du tout le même qu’en France. Les filles n’ont pas aussi peur qu’en France quand elles rentrent le soir, tout simplement parce que la libération de la sexualité là-bas donne plus de chances aux garçons de réussir à draguer. Moins de frustration, moins d’abus. Pensez-y. S’il y a quelque chose à changer, c’est sûrement pas de dire aux mecs d’arrêter d’être con, ou aux filles d’arrêter d’être sexy.

    Je crois que le mal, il est avant tout social. On vous éduque à être des Précieuses, et on nous éduque à être le mâle alpha, gros débile en puissance qui sort les muscles pour défendre la demoiselle en détresse. Ca fait belle lurette que la demoiselle a glissé hors de sa cage, il serait temps qu’on éduque les petits français à appeler un chat un chat. Ca évitera déjà certains tabous débiles sur le sexe, et les relations hommes/femmes en général…

    • hazellbh

      Bonjour Osef 🙂
      Sache d’abord que çà me fait plaisir d’avoir un commentaire d’homme ici. Ensuite, je n’exclus pas tout ce que tu dis, je vais juste essayer de te répondre par rapport à mon point de vue à moi.
      Je ne parle pas de culte du viol, mais de culture du viol. cette façon qu’a la société actuelle (et moi compris) de banaliser des actes/paroles qui vont, au fur et à mesure, rendre le viol « normal » ou tout au moins trop courant. Moi aussi j’ai dit aux amies de mes petits frères qu’elles s’habillaient trop court ou qu’il fallait pas trop provoquer en soirée non plus. Et c’est « çà » qui à mon sens est anormal, cette façon de stigmatiser les petites filles dès leur enfance: tu es une fille, donc TU dois faire attention parce que TU vas être victime. Ce n’est pas « bien » de le faire, mais c’est malheureusement nécessaire… J’aimerais, crois moi, que ce soit inutile…

      Je comprends la frustration. je comprends que se prendre des rebuffades après un allumage intensif c’est désagréable. Mais justement, vous êtes humains et nous aussi. On a le droit de vouloir juste flirter, ou de changer d’avis. On ne devrait pas avoir peur. Mais se servir de « çà » comme argument, c’est justement de la faiblesse. C’est dire « oui mais tu comprends j’avais pas de jouets quand j’étais petit donc je les ai volés dans les magasins ». Je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire…

      Je sais aussi que le sexe est un besoin, et effectivement on devrait pouvoir, de la même façon qu’on devrait pouvoir dire non, dire oui quand on en a envie sans se sentir sale/coupable. Je comprends que ce soit frustrant de ne pas coucher alors que les deux en ont envie à cause de la façon dont les autres vont te voir ou à cause d’un climat familio-social. Mais çà n’excuse pas le viol non plus…

      Oui, je me suis demandé pourquoi un mec dit plus facilement oui à un plan cul. Tu veux ma réponse? J’ai eu, moi, le « malheur » d’assumer très tôt ma sexualité, quels que soient les partenaires. Sans en faire étalage ou quoi, hein. Mais çà se « savait ». Et je me suis fait maltraiter par des « camarades » de classe, parce que de toute façon, je couche avec tout le monde, donc j’aime la bite. Tu saisis le raccourci? Je ne dis pas qu’il est normal. Et si tu lis des livres comme les liaisons dangereuses, par exemple, tu verras que Merteuil exprime le même regret à Valmont. Qu’une femme est obligée de se « cacher » pour vivre pleinement une sexualité épanouie, sinon elle est mise au ban de la société, ou pire. Qui n’a jamais dit « mais c’est une salope, elle couche avec tout le monde? » Alors que pour un mec, c’est limite laudatif?

      Tout ce que je fais pour « assumer ma sécurité », c’est parce que j’en ai marre de m’en prendre plein la gueule. çà ne m’amuse pas, tu sais. Et c’est trop facile de dire « mais si on t’embête dans le tram, va vers les gens ou le conducteur. Parce que personne ne réagit. Personne. Je te parle d’expérience, hein, pas juste pour le fun. Je suis obligée de me protéger moi même d’une société dangereuse pour moi parce que je suis une fille. Parce que nous, quand on va porter plainte, même le flic qui prends ta déposition il va te demander si tu as provoqué le mec, si t’étais d’accord au début, comment t’étais habillée, est ce que tu avais bu, est ce que t’as pas aimé un peu quand même parce qu’on a autre chose à foutre que chercher un pauvre gars qui a juste tiré son coup. Tout ce que je dis ici est malheureusement véridique… Donc oui, quand je mets des talons, je vérifie que je peux latter avec. Quand j’ai un sentiment d’insécurité, j’ouvre le schlass dans ma manche, au cas ou, et il a déjà sauvé ma pudeur. Quand je dois rentrer seule, tard le soir, je suis obligée de prévenir mes amis pour qu’ils surveillent leur téléphone, et cette précaution aussi m’a déjà sauvée. Et EN PLUS ce soir la je rentrais de concert, je n’avais bu que du coca et j’étais en jean et t shirt de métal/rangos… Donc on ne peut même pas dire que j’étais provocante.
      Oui, je me défends. J’y suis contrainte. Cà ne m’empêche ni de faire des rencontres, ni de parler à des gens quand ils m’abordent gentiment. Ca n’empêche pas qu’un mec qui va me draguer gentiment, je vais l’envoyer bouler avec tact juste parce que je suis en couple et qu’il ne me plait pas, pas parce que c’est un mâle. Non, je ne me prends pas moi même en otage, je vis très bien comme çà, parce que justement je n’ai plus peur…

      Tu vois, ce qui me gène dans ton commentaire, c’est ton raccourci. Ou ai je dis que tous les mecs étaient des violeurs en puissance? ou ai je dit que je ne vivais pas?
      Certes, je me défends. Comme dit, je vis très bien comme çà. Oui, je suis « méfiante », mais pas au point d’être fermée. J’ai des gens formidables autour de moi, dont certains rencontrés au hasard des rues, devenus amis parce que je les ai laissés s’approcher de moi et m’aborder. Donc non, je ne considère pas que tous les hommes soient des violeurs. Seulement, nous sommes tous, TOUS responsables, quand on dit « elle l’a cherché ». Quand on dit « ouais mais bon si tu vas par la une main aux fesses c’est pas la fin du monde ». Quand on dit « faut pas se fermer au monde »…parce que je ne vais pas arrêter de me défendre, des fois qu’entre deux insultes à cause de mon look « agressif » pour les autres, je rencontre quelqu’un de sympa. Parce que comme dit, ce mec, je le laisserai déjà me parler, et il n’y aura pas de problème.

      Alors, oui, je pense qu’on devrait parler, évincer les tabous. Oui, certaines filles sont loin d’être des princesses et il faudrait pouvoir s’exprimer sexuellement sans problème. Mais dire que « tout » vient de la, je trouve que c’est un peu facile. C’est trop simple, oui. Parce que si tout le monde appelait un chat un chat, est ce que çà changerait quelque chose à ceux qui comprennent pas que « non »c’est non?
      Est ce que tu pense vraiment que ces jeunes qui attendent qu’une fille soit ivre pour la violer ne le feraient plus s’ils mettaient un mot dessus?

      Donc voila, je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire, pour moi c’est tellement clair que j’ai du mal à l’expliquer. Je ne dis pas que tout est faux dans ton argument. Seulement que c’est peut être bien comme réflexion, mais pas assez complet.
      N’hésites pas à me répondre, au contraire, j’aimerai avoir ton avis…
      Bonne soirée.

      • OSEF

        Je suis d’accord avec ta réponse, mais y’a quand même un truc qui me chagrine… Je trouve pas normal de devoir en arriver à des extrêmes comme le port du couteau, pour moi en arriver là c’est déjà partir du principe que n’importe qui peut t’agresser. Je pars du principe que si toutes les filles font pareil, les tarés vont surenchérir (loi du Talion, quand tu nous tiens…). Le problème ne sera pas réglé, il sera même pire, et les garçons biens sous tout rapport vont encore payer pour ces connards-là. Je comprends ta logique mais c’est moche, dans le sens où finalement tu (je dis « tu » mais je parle des filles en général) peux plus faire confiance à personne sous prétexte que des connards t’ont déjà agressé…

        Je pense pas que dire non à ces gens-là changerait quelque chose effectivement, puisque ce sont des gens qui sont déjà malades. Par contre, à mon niveau, je suis un peu mal-à-l’aise avec l’idée d’en être à prouver que je ne suis pas un violeur, au lieu de simplement devoir montrer à une fille qu’elle me plait. J’en ai des réticences à passer le cap, parce que je peux même plus savoir si la fille va bien le prendre, ou si je vais trop vite pour elle, et elle pourrait comme toi être armée… On a tendance à dire que les mecs sont des tarés, mais de l’autre côté y’a aussi des filles bien barrées dans leur genre! J’ai eu moi aussi ma part de filles tellement craintives envers les mecs que j’ai cru que je finirais au poste pour avoir dit une phrase de travers (parfois un mot mal employé et tu te prends limite un pain!)… Ca frôle le n’importe quoi des deux côtés, y’a de tout!

        C’est con ce que je dis, mais je me sens otage de quelques gros cons imbibés d’alcool qui ne savent plus se tenir, un peu comme je le suis quand la douane à l’aéroport détruit mes affaires par peur que je sois le grand méchant terroriste (enfin bon, tu saisis l’idée)… Le couteau dans la manche, j’aime pas, mais je comprends quand même la démarche. Pour avoir vécu dans plusieurs pays, et ne plus vivre en France aujourd’hui, je sais que moi-même qui ne me fait pas agresser ni aborder dans la rue j’avais un certain malaise en France dans la vie de tous les jours (pas seulement en rentrant de soirée). Je préfère de très loin là où je vis maintenant, je n’ai pas peur des gens et je me comporte généralement mieux avec les filles d’ici (qui elles aussi le rendent bien, ce qui ne veut pas dire pour autant qu’elles acceptent tout)… Comme quoi, y’a une part de culture qui joue là-dedans.

        Pas plus tard que ce midi pendant un brunch, je parlais avec une amie de sa vie à Lyon… Elle aussi s’est déjà fait agressée plusieurs fois (au couteau), ce qui ne lui est jamais arrivé ici, de près ou de loin… Elle peut rentrer seule et tranquille le soir, simplement parce que culturellement y’a un respect des sexes (au pluriel, parce que ça fonctionne dans les deux sens) qui change complètement la donne. Tu n’empêcheras jamais quelques tarés de dérailler malheureusement, mais là ça relève de la pathologie, on parle pas d’une main aux fesses ou de siffler une nana… Je reste convaincu que c’est infiniment plus sain quand on se dit les choses, et c’est que je sous-entendais avec « appeler un chat un chat ».

        Y’a un côté vicieux dans le jeu de la séduction (suis-moi je te fuis, etc…), on finit par ne plus savoir différencier qui veut quoi, on ne sait plus la valeur d’un « non » parce que les filles brandissent ça pour se donner des airs de princesse intouchable (pour se protéger d’une réputation de salope comme tu le disais, mais quand même! où va-t-on?). Il suffirait de dire quand quelqu’un nous plait, au lieu d’en avoir honte et jouer avec les nerfs des gens. Notre culture nous éduque par l’humiliation (t’as une mauvaise note? va t’asseoir dans le fond! t’as perdu ton job? t’es qu’un sale boulet… tu séduis pas les filles? parce que t’es moche et nul… etc etc…), pour moi le problème il est principalement là!

        On finit par tourner en rond, tout sonne faux et ça frustre les gens! Arrivé à un certain seuil, y’a aussi l’effet de groupe: plus ils sont nombreux à être frustrés, plus les conclusions hâtives s’enchaînent… Perso j’enrage à chaque fois que j’entends des phrases débiles toutes faites, du genre « les filles sont toutes des salopes » ou « les mecs sont tous des connards ». Quand on en vient à rejeter la faute sur l’autre uniquement par principe, c’est qu’on a vraiment rien compris (et qu’on est sacrément con)…

  • Happy hippie

    Moi c’est le papillon qui ne me quitte pas quand je me sens insecure.

    Pour le reste, à part te dire « mais bordel, t’as trop raison » je peux pas te répondre. Parce que ca impliquerait t’écrire un long pavé pas très joyeux, et que là, tout de suite, je m’en sens pas encore capable. Mais le jour où ça viendra, prévois une heure de ton temps pour me lire 😉

  • hazellbh

    Osef:
    je n’arrive pas à répondre directement en dessous de ton comm, j’espère que tu pourras le lire quand même.
    Je vois ce que tu veux dire et je pense que je comprends.
    Je ne trouve pas « normal » non plus de me balader avec mon schlass dans la manche. Mais il m’est arrivé trop de merdes pour ne pas me sentir « mieux » quand je l’ai. Je m’explique: je sais que j’ai un look « alternatif » qui excite les commentaires et réactions. Mais même en jean/basket/t shirt et sans maquillage, je me suis fait agresser. Et je n’ai pas grand chose dans ces cas la pour me défendre. Pas forcément parce que je suis une Force Mouche, limite au contraire, je suis une rageuse. Mais parce que je n’ai jamais appris à me défendre contre plusieurs adversaires à la fois. Et ma première réaction, « fonds toi dans le décor », m’a amené plus d’emmerdes qu’autre chose. Alors que quand on m’emmerde (je parle d’un mec qui me barre le passage en me racontant tout le plaisir qu’il va prendre à me violer, avec ses potes hilares sur les cotés et derrière, pas du gentil garçon qui veut juste me donner son numéro ou m »’emmener boire un verre), l’attitude « je pose mon sac par terre/je fais craquer mes articulations/je les regarde dans les yeux et je demande lequel veut prendre sa raclée en premier » va au contraire les faire fuir.

    Ca me chagrine de devoir en arriver la. Ca me fait mal de devoir parler des heures avec mon Chevelu et mon psy pour arriver à me dire que j’ai rien demandé, que la race humaine peut être bonne et douce, que j’ai juste pas eu de bol. Mais je refuse de rester « sans défense » au cas ou. Je ne pars pas du principe que tout les mecs sont des violeurs. En revanche, je pars de celui qui me fait penser que j’ai eu pas mal de merdes jusque la, que maintenant je saurais me défendre, et que je dois être prête à l’idée que « çà peut arriver de nouveau ». Je ne vois pas un violeur dans chaque homme, loin de la. Je te l’ai dit, j’essaye de rester ouverte aux rencontres et ne pas rembarrer trop méchamment ceux qui n’ont pas l’heur de me plaire. Mais au cas ou, si jamais y’en a un, pour moi ou pour une voisine de tram, je resterai pas sans rien faire. Je ne supporte pas l’idée de voir une fille se faire emmerder (encore une fois, VRAIMENT emmerder, pas juste baratiner ou draguer) et de ne pas oser agir parce que je ne suis qu’une fille et que je pourrais rien faire contre cinq ou six gus… et je t’assure que ce genre de comportement « guerrier » a vraiment un effet sur ce type de mecs, parce qu’il n’y a pas que des « malades », malheureusement!
    Justement, c’est une des idées reçues contre lesquelles je me bats! cà peut être ton voisin, ton collègue de travail, le mec que tu croises tous les jours dans le tram. Ca peut être juste un mec qui dit qu’il ne comprends pas. Parce que 60% des violeurs ne sont pas affectés mentalement. Parce que pour eux ce n’est pas « un crime », ce n’est pas « si grave »…
    je suis d’accord sur le fait que les filles en font trop aussi, que juste un mot ou quoi ne va pas nous tuer. Mais les « hommes » ont du mal à comprendre qu’entendre tous les jours « eh tu veux pas m’en tailler une? » ou « jte ferais bien le cul quand même », c’est une agression. On se sent mal, en danger, exposée, parce qu’on n’est pas des morceaux de viande. C’est grave. C’est très grave de dire ce genre de choses à quelqu’un. Après tout dépend du contexte (amical, le pote avec qui tu délires, la soirée ou t’as un peu bu et tu parles trash pour draguer, etc…). Y’a des fois ou le contexte va tout changer. Quand c’est un inconnu avec qui tu n’as jamais parlé, c’est une agression, tu vois?

    Effectivement le jeu de séduction est erroné, tronqué, perverti. Mais encore une fois, pour moi, ce n’est pas parce qu’une fille veut se sentir jolie pour elle même qu’elle a « provoqué » ces réactions la. Je devrais pouvoir me balader nue et ne pas avoir peur. Toutes les filles devraient (j’insiste sur le devraient!) pouvoir rentrer tard, ou tot, en jean ou en mini, sans se faire emmerder, quel que soit l’endroit ou elles habitent!

  • Cari

    En plus ce n’est même pas un problème de style, il m’arrive de sortir en basique (j’ai fini mon boulot, je fais des courses en repassant) et même comme ça… L’idée d’être habillées sexy ou mini ou je ne sais quoi c’est de conneries. il y a des filles en pull et pantalon basique qui se sont faites violés et là on va me dire qu’elles l’ont chercher? effectivement cela semble très compliqué de dire a un garçon que non c’est non et que si elle veux pas t’as qu’à faire un nœud avec? De leur expliquer que le porno c’est pas la vraie vie et que le viol est un acte destructeur? (autant pour le fille que pour le gars, s’il fini en taule sa vie sera fichue aussi!) Disons que la société est mal éduquée et que les « hep mad’moiselle », les « salope » les « tu suce » moi aussi j’en ai marre! Ah et dire aux garçons/hommes que leur cerveau se situe normalement au dessus des yeux et pas en dessous de la ceinture. (tant qu’on y est je dirai aussi à mon gamin qu’une fille ça se regarde dans les yeux et pas 20cm en dessous)( c’est trop agréable quand on parle à tes seins, décolleté ou non) Cette mentalité anti viol pour moi c’est aussi important que le respect, l’ouverture d’esprit et la politesse, c’est un de mes cheval de bataille. Même si j’ai pas encore de garçon. Et ça me ferais chier de devoir dire à ma (future) fille qu’elle doit faire attention car les gars pensent avec leur bite. Pas tout mais presque!

    c’est comme la campagne « it’s not a rape it’s a swag » moi ça m’écoeur qu’on minimise ça. Merde quoi! La femme qui se fait violer ou subit des attouchements se sent coupable alors que c’est elle la victime.
    Les hommes et leur sexe ne sont pas tout puissants et il est temps que cela se sache!

    Désolée si je te semble véhémente mais ce sujet me touche particulièrement, j’ai échappé de peu à la « casserole » mais le mal est fait et il faut des années pour le surmonter!

    • hazellbh

      Cari, je ne peux rien ajouter, je suis entièrement d’accord avec toi!
      Effectivement cela fait partie des valeurs que j’enseignerais à mes enfants plus tard, moi aussi. marre de passer pour un morceau de viande!
      Et t’inquiète pas, tu as le droit d’être véhémente, je ne suis pas très calme non plus quand le sujet vient sur le tapis!
      (et désolée si je fais des réponses courtes mais la je vois pas quoi dire de plus, vu que je suis juste d’accord!)

  • Léo

    Je suis désolée d’avoir à te le dire, mais du moment que tu estimes que tu as le droit d’être libre, et qu’on le soit tous et qu’on se respecte, tu es féministe. C’est pas autre chose, être féministe. C’est vouloir qu’on ait TOUS le droit de choisir qui on est, ce qu’on veut faire.
    Que les femmes ne soient pas des escalopes premier choix sur un étal. Que les mecs ne soient pas des bites sur pattes incapables de la moindre réflexion.
    Perso, je suis féministe. J’en suis fière. Je veux qu’on soit libres. Je veux avoir le droit d’être femme au foyer et d’en être fière, ou grande PDG d’une entreprise du top 10 mondial et d’en être fière aussi.

    Par ailleurs, je glisse un peu, mais le viol n’a rien d’une envie sexuelle. Toi, Osef, ou n’importe qui, as-tu véritablement envie de sexe avec quelqu’un tétanisé, sous la menace d’une arme, pleurant, suppliant que non?
    Le viol n’est pas du sexe. Le viol est un rapport de pouvoir. C’est l’expression de la domination sur l’autre.

    Dans le sexe, ce dont on a envie, c’est de l’envie et du désir de l’autre. De réussir à le faire naître, s’il n’était pas déjà là, ou de le partager, si on peut le sentir déjà présent. Partager une faim commune pour le corps voire la personne de l’autre.
    Si tu as envie d’une personne qui n’a PAS envie de toi, si tu continues de vouloir faire du sexe avec lui ou elle, là, tu n’as pas envie de sexe. Ton envie de sexe s’est éteinte avec son absence d’envie à lui ou elle. Ton envie, là, de cette personne qui dit non ou qui ne dit rien (GHB mon ami, ou simplement sommeil), c’est une envie de pouvoir. C’est pas du sexe.

    • hazellbh

      Je ne suis pas d’accord avec toi… Je ne protège personne, mais en soi, si on peut être excité par une chaussure ou le creux du coude, par des attitudes de petite fille ou par des déformations physiques, on peut l(être aussi par quelqu’un qui ne veut pas. L’envie de sexe ne s’explique pas, ne se rationalise pas. Que tu ne l’éprouves pas (et tant mieux) ne signifie pas qu’elle n’existe pas…
      Ensuite, non, navrée, je ne suis pas féministe, je suis humaniste. ma condition de femme n’entre pas en ligne de compte dans mon désir de liberté…

  • Léo

    Je fais une distinction : on peut avoir envie de quelqu’un qui n’en a pas envie. C’est un fantasme. Quand j’étais jeune je fantasmais sur Lestat (ça m’a pas lâchée depuis). Mais je fantasmais sur le fait qu’il me VEUILLE. Sur l’envie qu’il pourrait avoir de moi. Ouais, j’avais 12 ans (puis 17. Puis 27. J’ai pas des masses évolué).
    C’est la même chose pour le sexe avec quelqu’un qui n’en veut pas. On voudrait qu’il ou elle en veuille avec nous. C’est ça l’envie/le fantasme, même si c’est pas réaliste (parce que dans la vraie vie, Lestat il existe pas).

    Si on a envie de quelqu’un (réel ou pas) sans se soucier une seule seconde de ce qu’il ou elle en pense, qu’il ou elle le veuille ou pas, là, on sort du sexe, qui est quand même une forme de partage, pour rentrer dans, soyons soft, des problèmes. Même si c’est uniquement dans la tête.

    • hazellbh

      çà n’a rien à voir avec le fantasme…j’en ai aussi, et moi aussi c’est l’idée qu’on me désire qui me fait de l’effet. ceci dit, même si je ne comprends pas, je conçois que l’on puisse avoir envie d’autre chose. J’ai eu un copain qui aimait « jouer » au cambrioleur avec moi, et je devais justement résister.
      çà reste du sexe. C’est plus « faire l’amour », je te l’accorde très volontiers. Mais c’est du sexe. Je crois qu’on va pas être d’accord la dessus, mais c’est pas grave ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Élucubrations d'une jeune idiote

Le blog du positif engagé

Smells like rock

Ici on parle culture au sens large : cinéma, série télé, littérature, musique

We're all mad about books | Blog d'une dévoreuse de livres

Chroniques littéraires | Thrillers | Polars |Science-Fiction | Fantasy

BritBrit Chérie

Avant j'étais prétentieuse, aujourd'hui je suis parfaite !

De petits maux en petits mots

La vie passionnante d'un petit papillon.

Agothtale - DIY

Cosmetique, DIY, tricot, sans gluten

louillemakeup

blog beauté maquillage sur les yeux!

MUparChloe

Sur toutes les lèvres...

Little Black Hood

- make up fairy -

The WordPress.com Blog

The latest news on WordPress.com and the WordPress community.

%d blogueurs aiment cette page :